loader image

Lundi Rezo : Veille & Actualité Social Media #46

Les élections américaines nous ont bien tenu en haleine la semaine passée. Tout est ralenti cette année, et Trump annonce sa victoire en avance, étonnant. Tu tiens le coup pendant ce confinement ? J’espère.

Voici la 8ème édition de ton rendez-vous hebdomadaire LUNDI REZO !

Cette semaine au programme, publicité, amendes et Snapchat 😉

 


L’achat massif de publicité sur Facebook et Google pour les élections américaines

 

L’achat massif de publicité sur Facebook et Google pour les élections américaines

 Photo : New York Times


On apprend aujourd’hui que les équipes de campagnes américaines, soit de Joe Biden et Donald Trump, ont dépensé plus de 162,7 millions d’euros, uniquement sur Facebook. Il s’agit donc de plus du double qu’en 2016 lors des précédentes élections présidentielles.

Même si tout ne fut pas tâche aisée, Google et Facebook ont ainsi pu profiter de ces élections. La publicité digitale est une arme redoutable à notre époque, et les politiciens, malgré leur âge, restent à l’affût. Plus en détail, Trump a dépensé 103 millions d’euros avec le Trump Make America Great Again Committee, contre 81,4 millions pour Joe Biden avec Biden for President. La population américaine a ainsi récemment pu observer un bon nombre de promotions de Donal Trump sur Youtube.

 

Une explication logique en découle : à l’inverse des élections de 2016, Twitter, ou encore Tik Tok, ont fait le choix d’interdire les publicités politiques sur leur plateforme. Les choix les plus pertinents étaient ainsi Facebook et Google. Les risques de laisser ce genre de publicités passer sont pour la réputation du réseau, en particulier depuis les campagnes de désinformation (oui toujours) qui avaient grandement favorisé Trump en 2016. Facebook avait pourtant annoncé l’interdiction des publicités politisées le jour précédent le scrutin, mais voilà où nous en sommes aujourd’hui.

« Facebook ne devrait pas être un arbitre de la vérité et ne devrait pas interférer avec le discours des policitiens », des paroles prononcées par Mark Zuckerberg l’été dernier. Il s’y est tout de même aventuré, à voir ce qu’il en retombera 😉

Source : Les Échos et Siècle Digital

 


La Turquie fait payer les réseaux sociaux


La Turquie fait payer les réseaux sociaux

 

Le 4 novembre, la Turquie a soumis les réseaux Facebook, Twitter, Instagram, Youtube, Periscope et TikTok, à une série d’amendes pour le non-respect d’une loi entrée en vigueur en octobre. Cette dernière renforce le pouvoir des autorités sur ces plateformes.

Le vice-ministre des transports et de l’infrastructure Ömer Fatih Sayan a déclaré : « Une amende de 10 millions de livres turques [soit près d’un million d’euros] a été infligée aux fournisseurs de réseaux sociaux (…) qui n’ont pas déclaré avoir désigné un représentant à la fin du délai légal ».

La nouvelle législation régit que les réseaux sociaux avec plus d’un million de connexions uniques par jour doivent nécessairement avoir un représentant en Turquie et obéir aux tribunaux lorsque ces derniers demandent le retrait de certains contenus sous 48h.

 

Les plateformes risquent donc des amendes allant jusqu’à 30 millions de livres turques, soit 3 millions d’euros, une interdiction d’obtenir les revenus publicitaires, ainsi qu’une réduction de leur bande passante. Mais malgré ces menaces, la plupart des géants ont refusé de se plier à ces mesures puisqu’elles pourraient ouvrir la voie à des demandes de censure.

En 2019, la Turquie avait bloqué l’accès à plus de 400 000 sites, 40 000 tweets, 10 000 vidéos Youtube et plus de 6000 partages sur Facebook, selon l’Association de la liberté d’expression.

Les réseaux sociaux ont pris une telle ampleur dans la vie du monde entier qu’ils sont toujours considérés comme une menace par de nombreux pays. Le réseau social VKontakte est par ailleurs le seul à avoir accepté de se plier à la nouvelle loi.

Le début de la censure ? Je te laisse choisir 😉

Source : Le Monde


 

Les nouveaux outils des créateurs sur Snapchat


Première dans l’histoire de Snapchat : les créateurs peuvent afficher publiquement leur nombre d’abonnés sur leur profil, a rapporté Tubefilter . Une nouvelle, qui influencera le marketing des influenceurs 😉

Interrogé par The Verge, un porte-parole de la plateforme a déclaré : « Nous avons écouté les retours de notre communauté de créateurs, et beaucoup d’entre eux ont exprimé leur intérêt à avoir la possibilité de montrer que leur communauté Snapchat s’agrandit ».

Les plus grands influenceurs américains ont déjà pu activer cette option, tels que Kylie Jenner avec ses 36,4 millions d’abonnés, David Dobrik avec ses 6,8 millions d’abonnés, ou encore DJ Khaled avec ses 13,4 millions.


Première dans l’histoire de Snapchat : les créateurs peuvent afficher publiquement leur nombre d’abonnés sur leur profil, a rapporté Tubefilter . Une nouvelle, qui influencera le marketing des influenceurs 😉 Interrogé par The Verge, un porte-parole de la plateforme a déclaré : « Nous avons écouté les retours de notre communauté de créateurs, et beaucoup d’entre eux ont exprimé leur intérêt à avoir la possibilité de montrer que leur communauté Snapchat s’agrandit ». Les plus grands influenceurs américains ont déjà pu activer cette option, tels que Kylie Jenner avec ses 36,4 millions d’abonnés, David Dobrik avec ses 6,8 millions d’abonnés, ou encore DJ Khaled avec ses 13,4 millions.


Le petit fantôme est un réseau social très apprécié par les marques dans le cadre des campagnes d’influence marketing. Il était donc important de pouvoir fournir aux marques s’y intéressant, les statistiques nécessaires. En effet, ces dernières étaient floues pour les entreprises, jusqu’à ce qu’elles demandent leur divulgation. De quoi relancer de plus belle ce type de marketing !

Source : Siècle Digital

 


Le PETIT + : Le dark mode de Facebook


Tu as pu le constater depuis quelques temps maintenant, les modes sombres dans les applications font des ravages, il était donc temps que la société mère de Messenger, Instagram et WhatsApp, qui ont déjà toutes un dark mode, s’y mette.

Si tu as un Iphone, je te propose de tout t’expliquer juste en dessous. Dans le cas contraire, ne t’en fais pas, je te revaudrai ça. Je n’oublie PERSONNE.

Pour préserver tes yeux grâce à des contrastes plus adaptés, et économiser ta batterie, tu dois :

 

Le dark mode de Facebook

  • Aller dans paramètres
  • Appuyer sur le bouton mode sombre
  • Activer le mode sombre

Bon d’accord c’était facile, tu n’avais pas besoin de moi. C’était au cas où. Je n’oublie PERSONNE.

Cette fonctionnalité n’est pour l’instant qu’en test, et ainsi disponible que pour un faible nombre d’utilisateurs. Le dark mode est disponible pour plus d’un an sur les autres applications des filiales Facebook, mais arrive tout doucement sur l’application mère.

Je te laisse là-dessus, bonne semaine, attention à toi, et à lundi 😉

Source : 20 minutes

Un prix peut en cacher un autre